Recevoir un sacrement à l’hôpital

Pour en savoir plus  sur les 7 sacrements de l’Eglise, rendez vous sur ce lien

Le baptême

Au Baptême Dieu nous accorde la grâce de devenir les frères et sœurs de Jésus Christ ; nous devenons « ses fils bien aimés en qui il met tout son amour ». Nous devenons membres de la famille des chrétiens qui tous ensemble sont appelés à la béatitude divine.  Remplis de cette grâce, nous devenons, où que nous soyons, lumière de Dieu pour ceux qui nous entourent ; et avec le Christ ressuscité, nous bénéficions de cette promesse de la vie éternelle. Au cours du rituel, celui qui baptise verse de l'eau sur la tête du malade en prononçant la formule baptismale trinitaire: "Je te baptise au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit".                      

Jacques de Virville

La confirmation  

La Confirmation rend parfait le don du Baptême. C’est le sacrement qui donne l’Esprit Saint pour nous enraciner plus profondément dans notre vie d’enfant de Dieu, nous unir plus fermement au Christ, rendre plus solide note lien à l’Eglise, nous associer davantage à sa mission et nous aider à rendre témoignage de la foi chrétienne par nos paroles et nos actions.                                              
On reçoit la confirmation par l’imposition des mains et l’onction avec le saint chrême, l’huile sainte. Par cette onction, les chrétiens participent davantage à la mission de Jésus Christ et reçoivent la plénitude des dons de l’Esprit Saint.                                                                                                                            

Père Sébastien Naudin

L’Eucharistie (communion)                                                                                                                                                            

Le sacrement de l’Eucharistie est la source et le sommet de toute la vie chrétienne. Par la Communion au corps du Christ présent dans l’hostie consacrée, Jésus vient demeurer au plus intime de notre cœur : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui ». La présence intime de Jésus en nous nous rend acteurs, même au plus profond de la maladie, de la construction du royaume de Dieu. « Si nous mourrons avec lui, avec lui nous règnerons ».

Jacques de Virville

Le sacrement des malades                                                                                                           

A qui est-il donné ?

Le sacrement des malades peut être donné à tout chrétien chaque fois qu’il est atteint d’une maladie grave, en raison de son âge avancé, ou à la veille d’une intervention chirurgicale. La grâce première de ce sacrement, appelé également Onction des malades, est d’apporter réconfort, force et paix intérieure.                                                                                   

Comment est-il donné ?

« Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Eglise la fonction d’Anciens : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et s’il a commis des péchés, il recevra le pardon » (Jc 5, 14-15). Au cours de la célébration, le prêtre oint le front et les mains du malade en priant Dieu pour lui, avec l’huile des malades, huile sainte parfumée. La famille, des amis ou un membre de l’aumônerie sont invités à être présents et entourer le malade.

Catherine de Préville

La réconciliation

Le pardon des péchés commis après le Baptême est accordé par le sacrement de la conversion, de la confession. Revenir à la communion avec Dieu par la conversion est un mouvement suscité par la grâce de Dieu, plein de miséricorde et désireux de sauver tous les hommes. La confession individuelle des péchés suivie du pardon sacramentel appelé l’absolution est le moyen habituel pour la réconciliation avec Dieu et l’Eglise. Seuls les prêtres reçoivent de l’autorité de l’Eglise la faculté de pardonner les péchés au nom du Christ. La conversion implique de regretter les péchés que l’on a commis et de s’engager par une ferme résolution à réparer le mal que l’on a fait et à ne plus pécher à l’avenir.

Le sacrement de la Réconciliation nous fait rentrer dans la pleine communion avec Dieu. Il nous réconcilie avec l’Eglise et avec nos frères. Il nous donne la paix et la sérénité et fait grandir nos forces spirituelles pour vivre en chrétiens. Pour le recevoir, il est tout-à-fait possible d'en faire la demande soit en appelant l'aumônier ou bien de passer par l'un des membres de l'aumônerie. Si le malade est dans une chambre à deux lits, afin de respecter une certaine discrétion, il est possible de demander d'aller dans une autre chambre, de se déplacer vers un endroit discret,  ou bien de se rendre à la chapelle si son  état de santé le permet.

Père Sébastien Naudin